Topographie sarroise : Des paysages changés par l'homme

Werner Rauber

Série

Travaux de cette série


Sujets

  • Paysages et Écologie


Tags

  • Acceptations 2016
  • Captures depuis 2010
  • Captures de 1990 à 2009
  • Captures avant 1990
  • Monochrome
  • Observation à long terme


Statement

Topographie sarroise : des paysages modifiés par l’Homme  

Depuis 1971, j’observe et je photographie à différents intervalles, si possible toujours à partir du même point de vue, les paysages des terrils sarrois à Bexbach, Brefeld, Camphausen, Ensdorf, Göttelborn, Heinitz, Jägersfreude, Landsweiler, Luisenthal, Maybach, Püttlingen, Völklingen et Wiebelskirchen, afin d’immortaliser en images les modifications qui s’y produisent. Ces paysages artificiels, formés par la main de l’Homme, montrent les interventions énormes et violentes de ce dernier dans le paysage naturel. De la roche « sourde » inutilisable et vieille de millions d’années, est extraite des profondeurs de la terre sous forme de déblais, entassée et laissée à la merci de la lumière du jour. Depuis la fin de l’extraction minière en Sarre, la nature reprend ses droits, parfois encouragée par l’Homme, sur ces paysages et recouvre les plaies en les rendant intéressantes, parfois même idylliques et belles. Les terrils sont pour moi des monuments qui renvoient au passé et rappellent ce travail physique humain souterrain ainsi que de terribles accidents. En même temps, ils font naître en moi la question de l’avenir, de savoir comment nos descendants regarderont ces terrils dans plusieurs siècles et les étudieront d’un point de vue archéologique, telles des énigmes du passé.