Natzweiler-Struthof

Angelika Perhoc

Série

Sujets

  • Divers


Tags

  • Acceptations 2020
  • Captures depuis 2010
  • Monochrome
  • Travail libre


Statement

Struthof, situé dans les montagnes vosgiennes, pittoresques mais souvent au climat rigoureux, était le seul camp de concentration sur le sol français. Il a été ouvert en mai 1941 près de l'auberge « Le Struthof », qui avait été confisquée par les SS et était jusqu'alors très populaire auprès des randonneurs et des skieurs. Plus de 50 sous-camps des deux côtés du Rhin étaient rattachés au camp de concentration. Le camp principal a été conçu pour 2 000 déportés ; en période de forte activité, 7 000 y étaient entassés.

Les prisonniers, âgés de 11 à 78 ans, principalement des résistants des pays occupés par l'Allemagne, étaient principalement exploités dans l'industrie de l'armement. En outre, de nombreux déportés ont dû extraire du granit rouge dans une carrière à Natzweiler. Les escaliers entre les terrasses du camp de concentration, sur lesquels se trouvaient les baraquements de couchage, étaient également en granit. Ces escaliers avaient des marches hautes, irrégulières et étroites, de sorte qu'ils étaient difficilement gérables pour les prisonniers maltraités et affaiblis lorsqu'ils devaient les descendre et les monter en portant de lourdes charges.

Au cours de son existence, le camp de concentration de Natzweiler-Struthof a accueilli environ 52 000 détenus et au départ camp de travail, il est devenu un camp de la mort avec chambre à gaz et crématorium. Il a également été utilisé pour des expériences médicales, dont l'issue a souvent été fatale. Au total, environ 22 000 personnes ont été victimes de la faim, de la maladie, de la torture et du meurtre.

En septembre 1944, le régime nazi abandonna le camp principal. Les prisonniers ont été répartis dans les sous-camps, et beaucoup ont survécu jusqu'à la fin de la guerre.

Après l'occupation du camp libéré par les troupes américaines, l'héritage a été provisoirement sécurisé sous forme de mémorial, mais en 1954, la plupart des baraquements délabrés ont dû être démolis. Deux blocs de briques sont restés, à savoir le bloc de la prison avec l'infirmerie et le crématorium dans la partie inférieure du camp, et dans la partie supérieure du camp la baraque de cuisine, qui était fermée aux visiteurs, et une baraque de couchage, qui sert aujourd'hui de salle d'exposition.

En juillet 1960, le président français de l'époque, le Général Charles de Gaulle, a inauguré le mémorial national sur le terrain du camp, dont un très haut mémorial sur le cimetière, situé au-dessus de l'entrée du camp.

 

Date de création de la série: 2013 und 2019